Electricien

Electricien

Trois questions à me poser pour savoir si ce métier peut m’intéresser…

  • Est-ce que j’ai un esprit logique et le goût du calcul ?
  • Est-ce que je suis plutôt habile, concentré(e), soigneux-se dans ce que je fais ?
  • Suis-je prêt(e) à travailler en équipe et au contact des clients ?

Plus de oui que de non ? J’ai des affinités avec ce métier, je veux en savoir plus.
Plus de non que de oui ? Ce métier n’est peut-être pas le meilleur pour moi.

Si je suis… électricien, j’ai la chance de travailler dans un métier qui évolue sans cesse.

La conception (plans, schémas de montage), l’installation ou le dépannage de réseaux, câblages, fils, prises, interrupteurs, tableaux et armoires électriques constituent une part importante de mon activité dans l’entreprise qui m’emploie. Mais je suis aussi compétent(e) pour poser, régler ou réparer une diversité d’équipements : éclairages,  chauffages électriques, climatisations, antennes, installations solaires photovoltaïques, alarmes, télésurveillances, téléphonie, automatismes de gestion de la maison (domotique) et de l’immeuble (immotique)… J’interviens sur des bâtiments de toutes sortes (habitat, écoles, hôtels-restaurants, hôpitaux, bureaux, industries, etc.), avec toujours en tête de nombreuses règles : celles de l’électricité, celles de la sécurité, celles des économies d’énergies… Production, transport, distribution, utilisation, l’énergie électrique n’a pas de secret pour moi. Mon métier étant très lié aux innovations et aux avancées technologiques, je dois me tenir au courant pour bien conseiller le client sur les produits, les installations ou les rénovations qu’ils projettent.

Si je suis intéressé(e), de quel(s) diplôme(s) ai-je besoin…

Si je dis oui à l’apprentissage,

Je peux être aidé(e) dans ma recherche de maître d'apprentissage par les Chambres de métiers ou les CFA. Beaucoup d’entreprises leur font confiance en formant des apprenti(e)s, par exemple ERDF dans les Alpes de Haute-Provence.