Mécanicien d'engin

mécanicien parc

Trois questions à me poser pour savoir si ce métier peut m’intéresser…

  • Suis-je passionné(e) par la mécanique lourde, l’électronique, l’informatique ?
  • Est-ce que j’aime faire les choses dans l’ordre, avec méthode ?
  • Suis-je plutôt habile de mes mains et assez costaud(e) pour manipuler des pièces lourdes ?

Plus de oui que de non ? J’ai des affinités avec ce métier, je veux en savoir plus.
Plus de non que de oui ? Ce métier n’est peut-être pas le meilleur pour moi.

Si je suis… mécanicien d’engins, j’ai la chance de travailler sur des mécaniques très variées.

Je suis en effet spécialisé(e) en machines de chantier : pelles mécaniques, niveleuses, bulldozers, dumpers, tractopelles, chargeurs, compacteurs… Dans l’atelier qui m’emploie ou directement sur le chantier, j’interviens pour l’entretien courant et les dépannages. Je travaille souvent dans l’urgence : chaque jour d’immobilisation de ces machines coûte cher au chantier, les clients exigent une remise en route rapide. J’effectue un diagnostic avec divers instruments de mesure, détecte le problème (mécanique, hydraulique, pneumatique, électronique…), change ou répare une ou plusieurs pièces… Quand l’engin est au repos ou au garage, je procède aux contrôles de routine tels que programmés par la documentation des constructeurs, avec des vérifications, démontages, remontages, nettoyages, vidanges, remplacements, réglages, etc. Cette maintenance préventive est essentielle à la sécurité des hommes sur le chantier. Je dois moi-même porter en permanence des équipements de protection (casques, chaussures spéciales, gants, lunettes, protection respiratoire…).

Si je suis intéressé(e), de quel(s) diplôme(s) ai-je besoin…

Si je dis oui à l’apprentissage,

Je peux être aidé(e) dans ma recherche de maître d'apprentissage par les Chambres de métiers ou les CFA. Beaucoup d’entreprises leur font confiance en formant des apprenti(e)s, par exemple…